Aussi reconnue comme le seuil de la productivité négative, la loi d’Illich stipule ceci :

« Au-delà d’un certain seuil, l’efficacité humaine décroît jusqu’à devenir négative. »

En d’autres termes, le fait de travailler plus longtemps n’est pas associé linéairement à une production plus élevée. En fait, c’est le contraire : des heures de travail excessives peuvent conduire à une saturation qui conduit à un blocage total.

Voici un exemple concret:

Une personne produit une paire de bottes en deux heures. Mais si elle travaille 12 heures, elle ne produira pas six paires de bottes. Après un certain temps, sa performance commencera à diminuer jusqu’à ce qu’elle devienne nulle.

Il est donc probable qu’à la fin de la journée, elle ne produira que 4 paires de bottes sur les 6 prévues. Ce qui a nécessité 2 heures au début, finira par lui en prendre 3, puis 4. Il est également probable que les produits qui seront fabriqués après une longue période de travail présenteront davantage d’erreurs ou de défauts.

Transposé au niveau intellectuel, la situation peut être plus critique. Or, que ce soit dans le travail physique ou intellectuel, le travail sans repos libère une fatigue mentale qui réduit les capacités. À long terme, des symptômes émotionnels d’anxiété, de dépression, d’irritabilité, etc. apparaissent également. La loi d’Illich frappe aussi à retardement…

Les «boîtes de temps» comme solution

Pour ne pas atteindre un point trop élevé de fatigue, selon la loi d’Illich, il est recommandé d’alterner constamment travail et repos. À cette fin, Illich a proposé l’existence de «boîtes de temps». Ces «boîtes» recueillent et décrivent des façons d’organiser le temps pour que la performance soit le moins possible affectée par la fatigue.

Les trois boîtes de temps principales sont les suivantes :

  • 2 minutes de pause toutes les 10 minutes de travail. Bien que cela paraisse être très court, cette boîte de temps a prouvé qu’elle génère une grande efficacité. En dix minutes, si la charge n’est pas trop lourde, toutes les capacités cognitives retrouvent leur performance maximale.
  • 5 minutes de pause toutes les 25 minutes de travail. C’est une bande de productivité qui correspond à la technique bien connue dite Pomodoro. C’est la plus populaire et beaucoup de gens la recommandent après l’avoir essayée.
  • 12 minutes de repos pour chaque 12 minutes de travail. Il s’agit d’une boîte de temps qui s’est avérée très efficace pour des tâches très mécaniques ou très peu motivantes.

Que fait-on pendant ces minutes de pause? On se lève, on bouge, on s’étire, on regarder autre chose qu’un écran, on boit de l’eau, on marche quelques pas en allant porter un document à un collègue, on fait un ménage express de notre bureau.

Si vous avez l’habitude de travailler de longues heures, il vous sera peut-être difficile d’appliquer ces boîtes de temps au début. Mais ça viendra.  

et si on doute…

Quand je parle de ces boîtes de temps à mes clients, certains sont très réticents au début. Ils ont l’impression qu’ils seront toujours arrêtés de leur travail.

Je les invite alors à faire le test suivant. Un jour, ils travaillent comme ils le feraient normalement, puis la journée suivante, ils appliquent la méthode des boîtes de temps. Je leur demande bien sûr, d’évaluer leur niveau de productivité. En comparant les résultats, ils sont toujours agréablement surpris.

Pour en apprendre davantage sur cette loi et d’autres, procurez-vous notre formation Mieux gérer son temps et ses priorités en vente dans notre boutique.

PS) Notre article sur la Loi de Parkinson pourra vous aider aussi!

Vous aimeriez une séance de coaching virtuel pour vous aider à implémenter la méthode des boîtes dans votre travail? Nous sommes  pour vous!

N’hésitez pas à nous visiter sur notre page Facebook! Il y a une panoplie de trucs qui y sont partagés.